Campagne sur les armes chimiques

Les armes chimiques sont des killers de haute puissance.

 

Une goutte de neurotoxine de la taille d’une tête d’épingle sur la peau d’un homme adulte le tue dans les plus brefs délais. Sous sa forme gazeuse, cette arme est encore beaucoup plus efficace. Les armes chimiques et biologiques sont très simples et peu coûteuses à fabriquer, mais elles ont des effets dévastateurs. De très faibles quantités sont suffisantes pour tuer des milliers d’hommes! C’est pourquoi la destruction des armes chimiques est une mission primordiale pour la sauvegarde de la paix dans le monde.

 

La convention de 1993 sur les armes chimiques exige que les stocks soient détruits d’ici 2012. Alors que les USA ont déjà éliminé par combustion dans des installations coûteuses 9000 tonnes de leur arsenal d’armes chimiques sur un total de 32 000 tonnes, le délicat processus de transition que connaît la Russie a jusqu’à présent empêché le début de la destruction de son arsenal d’armes chimiques, qui représente au total 40 000 tonnes.

 

L’un des défis les plus lourds représenté par la destruction des armes chimiques russes est son coût, estimé entre 10 et 15 milliards de Francs. Dès la ratification de la convention sur les armes chimiques, la Russie a attiré l’attention des pays occidentaux sur le fait qu’elle avait besoin de leur soutien. Les gouvernements des pays européens sont particulièrement sollicités. Hormis l’Allemagne et le Royaume-Uni, aucun pays européen n’a pu se résoudre à apporter un soutien substantiel. Le résultat est que les USA ont temporairement suspendu leurs contributions, menaçant d’échec la mise en œuvre de la convention sur les armes chimiques et la sauvegarde d’une paix durable.

 

2000: Lancement de la campagne internationale "Détruire dès maintenant les armes chimiques".

 

Avec pour objectif de faire prendre conscience du problème posé par les 70 000 tonnes d’armes toxiques qui existent dans le monde, Green Cross Suisse a lancé en 2000 une campagne d’information internationale d’envergure "Détruire dès maintenant les armes chimiques". En même temps, des motions de promotion du désarmement chimique global et d’une mise en œuvre efficace de la convention sur les armes chimiques ont été lancées au parlement par le conseil national, et au Conseil des Etats par des membres du groupe parlementaire Green Cross Suisse, sous la direction de l’ancien Conseiller national Rudolf Imhof.

 

L’appel de Gorbatchev au monde devant les parlementaires suisses

 

En décembre 2000, Mikhaïl S. Gorbatchev a interpellé le monde dans la salle du Conseil national, devant le parlement suisse, afin que soit entrepris dans le nouveau siècle tout ce qui est possible pour mettre au ban de la société les armes chimiques au niveau mondial, et pour que soient éliminés les stocks dangereux des armes chimiques, biologiques et nucléaires. Les pays européens, y compris la Suisse, auraient jusqu’à présent versé 100 millions de Dollars US (environ 170 millions de Francs suisses) pour soutenir la Russie avec son problème d’armes chimiques, et les USA 200 millions de Dollars US. Le sénat américain aurait gelé d’autres aides pour l’instant, ce que Gorbatchev a critiqué comme étant "de courte vue et dangereux pour les intérêts de la sécurité des USA et du reste du monde". Car les armes chimiques sont assez petites pour être introduites dans un stade de foot dans un sac à dos, et assez grandes pour tuer des milliers d’hommes. Chaque année perdue par un retard dans la destruction aggrave les risques de vol, de propagation et de catastrophes.

 

2003: La Suisse soutient le programme de destruction des armes chimiques russes par un crédit cadre de 17 millions de CHF

 

Le Conseil des Etats a accepté à une grande majorité le message du Conseil fédéral sur le soutien au désarmement chimique mondial. Il a clairement suivi le Conseil national, qui avait déjà adopté le message en décembre 2002. Le projet d’arrêté fédéral présenté avec ce message prévoit un crédit cadre de 17 millions de Francs suisses pour le soutien au désarmement chimique au niveau mondial pour une durée de cinq ans.

 

Forum sur le désarmement chimique, Genève

 

A la suite de la campagne contre les armes chimiques lancée durant l’été 2000 en Suisse, destinée à attirer l’attention du public sur la mise en œuvre de la Convention sur les armes chimiques qui traîne en longueur, Green Cross et le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) ont organisé fin juin 2003 au Palais des Nations, à Genève, le forum sur le désarmement chimique. Plus de 100 représentants de quatorze pays ont discuté de la manière d’affermir le partenariat international, et de renforcer et d’accélérer le soutien à la Russie pour la destruction de ses 40 000 tonnes d’armes chimiques afin de respecter le délai de 2012 prévu par la Convention sur les armes chimiques, date à laquelle ces armes doivent être détruites au niveau mondial.

 

2013: L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) reçoit le prix Nobel de la paix, et Paul Walker, de Green Cross International, le prix Nobel alternatif pour son engagement à faire appliquer la Convention sur les armes chimiques.

 

Fin 2013, 58 528 tonnes d’armes chimiques (soit 80,7%) avaient déjà été détruites, sur un total de 72 531 tonnes dans le monde provenant d’arsenaux. Rien qu’en Russie, un arsenal de 31 200 tonnes d’armes chimiques a été éliminé. Depuis 2006, des installations de destruction sont déjà en activité en Russie dans les communes de stockage d’armes chimiques Maradikovski et Kambarka. L’installation de Gorny a fonctionné de 2002 à 2005. À Choutchye et Leonidovka, d’autres installations de destruction ont été mises en place en 2008, et les deux dernières installations russes de Potchep et Kisner sont entrées en service en décembre 2013.

 

Outre la résolution de problèmes techniques et financiers liés à la construction d’une installation de destruction, la mise en place de mesures destinées à renforcer la confiance entre la population locale, les autorités et l’armée est d’une importance cruciale. Souvent, les riverains ne sont absolument pas enchantés d’apprendre que des armes chimiques ont été stockées pendant des années à proximité de chez eux et qu’à présent elles doivent être détruites devant leur porte. Naturellement, cela s’est fréquemment traduit par des mouvements de protestation et de résistance de la part de la population, ce qui a retardé la construction des installations et, dans le pire des cas, abouti à des investissements inutiles se chiffrant en milliards. La construction d’une installation de destruction d’armes chimiques coûte en Russie quelque 700 millions de dollars, aux États-Unis, ce chiffre peut même être multiplié par six.

Green Cross
Schweiz | Suisse | Svizzera
Heinrichstrasse 241
8005 Zürich
Tel. +41 (0)43 499 13 23
Fax +41 (0)43 499 13 14
info@greencross.ch

Spendenkonto Green Cross Schweiz:
PC 80-576-7
IBAN CH02 0900 0000 8000 0576 7