Communiqués de presse 2005

Archives des communiqués de presse
 
2016  |  2015  |  2014  |  2013  |  2012  |  2011  |  2010  |  2009  |  2008  |  2007  |  2006  |
2005  |  2004  |  2003  |  2002  |  2001  |  2000

 

 

Green Cross Suisse renforce son programme d’aide, médecine sociale, dans la région fortement contaminée de Tcheliabinsk/Russie et lance un programme préventif pour les dents de lait en Ukraine, destiné à lutter contre la propagation des caries.

19.12.2005

 

Dans l’ancienne URSS, Tcheliabinsk, également connu sous le nom de « mère de la bombe atomique », constituait le centre de l’industrie nucléaire russe. En raison de la façon peu professionnelle de gérer à l’époque les déchets radioactifs générés en quantité importante durant la production d’armes nucléaires, la région de Tcheliabinsk et ses régions avoisinantes présentent aujourd’hui un taux élevé de contamination radioactive. De plus, deux accidents sérieux de réacteur de type RBMK (identique à celui de Tchernobyl) eurent lieu en 1994 et 1995, provoquant une fuite de radioactivité. Le fleuve Tetcha, en particulier, est fortement pollué, entraînant l’exposition de près de 124000 personnes au rayonnement radioactif, dont 28000 citoyens du village de Brodokalmak. 1100 enfants vivent actuellement à Brodokalmak, 800 d’entre eux sont répertoriés malades. En plus de ses activités d’aide en cours dans les régions russes de Tchernobyl et celles concernées par le problème des armes chimiques, Green Cross Suisse vient d’élargir son programme de médecine sociale à la région de Tcheliabinsk, en raison du rayonnement élevé qu’elle présente. L’organisation d’un camp thérapeutique afin d’améliorer l’état de santé des enfants constitua la première mesure mise en place cette année. En 2006, on abordera la mise en place du projet mères et enfants et notamment du club pour mères.

 

Charger le texte complet comme fichier Word (.rtf)

 

Vers le haut

Concours de peinture Babouchka pour enfants âgés de sept à douze ans

31.10.2005

 

Green Cross Suisse appelle les écolières et les écoliers à participer au concours de peinture Babouchka (poupées russes). Des motifs de babouchkas à peindre peuvent être commandés auprès de Green Cross Suisse par téléphone au 043 499 13 13 ou par e-mail info@greencross.ch. Le concours de peinture Babouchka pour enfants fait partie du programme de la manifestation de solidarité à la pensée des enfants de Tchernobyl. Afin de participer à la sélection et remise des prix du concours de peinture Babouchka pour enfants, les écolières et les écoliers sont invités à envoyer les images de babouchkas qu’ils ont peintes à Green Cross Suisse, Heinrichstrasse 241, 8005 Zurich, jusqu’au 28 février 2006. Toutes les images de babouchkas envoyées seront évaluées par l’équipe du jury constituée de Sibylle Aeberli et Boni Koller, membres du célèbre groupe pour enfants « Schtärnefoifi », et des vainqueurs seront élus dans trois catégories d’âge. Des jeux de dix grandes babouchkas aux couleurs magnifiques sont à gagner et chaque enfant qui a participé en gagne une petite comme lot de consolation. La remise des prix du concours de peinture Babouchka pour enfants a lieu durant la manifestation de solidarité, le 26 avril 2006, sur la place Waisenhausplatz de Berne.

 

Charger le texte complet comme fichier Word (.rtf)

 

Vers le haut

L’analyse des besoins et du développement définit les priorités de la mise en place d’infrastructures dans le stock d’armes chimiques de Choutchye

05.10.2005

 

La Russie a hérité de l’époque de la Guerre Froide le plus grand arsenal d’armes chimiques au monde. Un stock qui compte 7.500 t de vésicants (gaz toxiques pour la peau) et 32.500 t de nervins hautement dangereux tels que le tristement célèbre sarin, utilisé lors de l’attentat dans le métro de Tokyo, ou le VX, encore plus redoutable. Membre de la Convention Internationale sur L’interdiction des Armes Chimiques rassemblant 173 pays, la Russie s’est engagée à détruire ses stocks avant avril 2012. Une tâche qui paraît simple sur le papier, mais est un défi de taille sur le terrain. Certains des problèmes à résoudre sont relevés par une analyse des besoins et du développement réalisée par Green Cross en 2005 dans la commune de stockage de Choutchye, dans le Sud-Oural. Dans les environs du stock d’armes chimiques et de la future usine de destruction vivent quelque 26.000 personnes dans 54 villages. Cette étude est aujourd’hui unique en son genre et ses conclusions devraient être applicables, du moins sur le plan qualitatif, aux six autres communes de stockage russes.

 

Charger le texte complet comme fichier Word (.rtf)

 

Vers le haut

Comment vit-on avec une contamination à vie?

21.09.2005

 

L’étude de l’ONU présentée les 5 et 6 septembre au Forum Tchernobyl de Vienne sur les effets de l’accident nucléaire de Tchernobyl de 1986 souligne que, contrairement aux estimations initiales, cette catastrophe coûterait nettement moins de vies humaines et sous-entend que l’accident de Tchernobyl n’a pas eu un impact aussi meurtrier qu’on a bien voulu le dire. Le nuage radioactif dégagé par l’accident de Tchernobyl a touché la Russie, mais aussi et surtout la Biélorussie et l’Ukraine, où de vastes régions sont contaminées pour des décennies. Cinq millions de personnes sont touchées à vie par la contamination radioactive. La déclaration de Michael Repacholi, expert en radiations de l’OMS, affirmant que la contamination du sol est moins dramatique, est jugée très unilatérale par Green Cross. "Car c’est justement ce rayonnement faible et durable qui pénètre dans l’organisme des populations vivant dans ces zones à travers leur alimentation quotidienne qui est nocif et se répercute sur le psychique", souligne Christina Bigler, responsable du programme international de médecine sociale.

 

Charger le texte complet comme fichier Word (.rtf)

 

Vers le haut

Informations et investissements dans l’infrastructure des communes de stockage concernées

04.08.2005

 

Fin juillet 2005, le gouvernement russe a soumis un programme portant sur la destruction de ses environ 40’000 tonnes d’armes chimiques. Pour la première fois, il présente un plan structuré avec des repères bien définis et un échéancier clair, et débloque en même temps les moyens financiers nécessaires. 20 pour cent des armes chimiques en stock devront être détruites d’ici 2007, 45 pour cent d’ici 2009, et la destruction complète des 40’000 tonnes d’armes chimiques est prévue pour l’année 2012. Nous nous réjouissons de cette décision, notamment devant le contexte de l’engagement déployé par Green Cross en Russie et aux USA depuis dix ans, pour l’évacuation de ces armes chimiques dangereuses dans un délai acceptable, et en sécurité pour l’homme et pour l’environnement. "Une nouveauté de ce plan est la mise en service des installations de destruction de Maradikovsky et de Kambarka dans l’espace de six mois, néanmoins, sans effectuer les tests d’un an habituels pour détecter les éventuelles fuites", explique Dr. Stephan Robinson, le directeur du programme Green Cross de désarmement international. "Il s’agit d’un objectif très ambitieux, notamment parce que les communes de stockage concernées n’en sont pas informées", souligne Dr. Robinson. Avant l’adoption définitive par le gouvernement russe prévue pour la mi-août 2005, Green Cross souhaite que les mesures d’information des communes de stockage soient véritablement intégrées dans le plan définitif.

 

Charger le texte complet comme fichier Word (.rtf)

 

Vers le haut

Un forum d’actualités sur le désarmement chimique

19.07.2005

 

Afin de promouvoir un échange d’informations plus efficace ainsi que la transparence, Green Cross Suisse ouvre le forum d’informations en ligne news.greencross.ch en anglais et en russe. Pour la première fois, des informations concernant les activités et l’état du désarmement chimique mondial, sinon difficiles à obtenir, y sont disponibles publiquement pour toutes les personnes concernées.

 

Charger le texte complet comme fichier Word (.rtf)

 

Vers le haut

"Les centrales nucléaires flottantes: une menace pour les mers et les océans du monde, le cercle polaire et la non-prolifération des armes nucléaires"

27.05.2005

 

Depuis les années quatre-vingt-dix, le Ministère russe des affaires nucléaires poursuit des projets de construction de centrales nucléaires flottantes destinées à l’approvisionnement en chaleur et en électricité des régions isolées de Sibérie. Il est prévu d’installer deux réacteurs nucléaires transformés, initialement destinés à des brise-glaces, ainsi que les générateurs et l’infrastructure sur une plate-forme flottante. Cette plate-forme non-motorisée peut être déplacée par un remorqueur jusqu’à n’importe quelle bande côtière. La Russie prévoit également d’exporter des centrales nucléaires, et conduit actuellement des négociations avec l’Algérie, la Chine, l’Inde, l’Indonésie et le Maroc.

 

Charger le texte complet comme fichier Word (.rtf)

 

Vers le haut

Au cours de son dixième exercice, Green Cross Suisse a augmenté ses recettes de dons, qui atteignent CHF 5,3 millions.

02.05.2005

 

L’organisation écologique Green Cross Suisse a réussi à augmenter en 2004 ses recettes de dons, passant des CHF 4,7 millions de l’année précédente à CHF 5,3 millions. De même, le nombre des membres de Green Cross est passé de 23 000 à 27 800. Selon Nathalie Gysi, directrice, Green Cross Suisse a réussi cette croissance de 13 pour cent de son chiffre d’affaires grâce à la construction de la base de ses membres amorcée en 2000, avec pour objectif d’élargir le soutien de la mission de Green Cross.

 

Charger le texte complet comme fichier Word (.rtf)

 

Vers le haut

Stabiliser chez les enfants les maladies endocrines telles que le diabète de type 1

05.04.2005

 

19 ans après la catastrophe du réacteur de Tchernobyl, les conséquences à long terme de l’irradiation radioactive persistante sont de mieux en mieux identifiables. On a tous connaissance des malformations survenant chez les nouveau-nés, de la chute des cheveux et de la leucémie, ainsi que d’une hausse notable de divers autres types de cancer comme celui de la thyroïde. En Ukraine, un nombre croissant d’enfants souffre de diabète de type 1. Les résultats d’une étude réalisée en 2002 corroborent le soupçon qui se confirme de plus en plus clairement, selon lequel le diabète de type 1 se manifeste nettement plus souvent dans les régions contaminées. On suppose que c’est l’iode contaminé par la radioactivité qui est à l’origine de cette maladie.

 

Charger le texte complet comme fichier Word (.rtf)

 

Vers le haut

Green Cross
Schweiz | Suisse | Svizzera
Heinrichstrasse 241
8005 Zürich
Tel. +41 (0)43 499 13 23
Fax +41 (0)43 499 13 14
info@greencross.ch

Spendenkonto Green Cross Schweiz:
PC 80-576-7
IBAN CH02 0900 0000 8000 0576 7